06/06/2018

Les voix de l’hôpital - Centre Hospitalier Sainte-Marie Privas

A l'occasion de la visite historique du Centre Hospitalier Sainte-Marie de Privas, organisée les 23 et 24 Juin 2018...

retrouvez le diaporama photographique Les voix de l’hôpital (diaporama sonore, vidéo projection, 30 mn) réalisé durant l'été 2016, lors de la résidence que j'ai mené au cœur du Centre Hospitalier Saint-Marie de Privas.

Les voix de l’hôpital ce sont toutes les personnes qui, au quotidien, font vivre ce lieu. Employés depuis quelques mois ou depuis de longues années une vingtaine de membres du personnel ont répondus à une série de questions relatives à la relation qu’ils entretiennent avec ces lieux.


Le programme de ces deux journées :
Visites historiques : 9h30 – 10h30 – 11h30 - 15h30 – 16h30 – 17h30, animées par d’anciens salariés du Centre Hospitalier Sainte-Marie

Conférence : 14h00 sur le thème « l’histoire de l’architecture en psychiatrie du Moyen-Age à nos jours » par Pierre-Louis LAGET, chercheur en histoire du patrimoine

Diaporama : Les voix de l’hôpital, issu de témoignages de salariés, réalisé par Bruno ELISABETH, artiste photographe, diffusion en boucle sur les deux jours (salle d’attente au niveau de l’entrée principale)



ENTREE LIBRE SUR INSCRIPTION
Date limite d’inscription : 15 juin 2018

Ces visites historiques se font sur inscription au 04.75.20.15.10 ou à l’adresse directeur@ahsm.fr en indiquant l’heure de visite souhaitée, le nom, prénom et coordonnées téléphoniques.

Les groupes étant limités à 15 personnes maximum, en cas de nombre supérieur, un autre horaire sera proposé aux personnes inscrites.

Les visites débuteront au niveau de l’entrée principale de l’hôpital.

17/04/2018

PUI #28 - Pratiques et Usages de l'Image - Du bruit dans le paysage

PUI#28 - Bruno Élisabeth from PUI 02 on Vimeo.

Du bruit dans le paysage, c'est la perturbation des lieux par des projets contestés, mégalomanes ou simplement des constructions humaines qui viennent arrêter, heurter le regard. Du bruit dans le paysage, c'est aussi celui d'un rêve, d'un projet personnel qui installe sa petite musique ou qui reconstruit notre regard, jusqu'à en créer une symphonie et qui constitue le fil conducteur des trois rencontres à venir, pour lesquelles nous aurons plaisir à recevoir :

Bruno Élisabeth
mardi 24 avril, à 19h.
Ecole d'Architecture de Nantes
6 Quai François Mitterrand
44200 Nantes
France

Ces trois rencontres auront lieu à l'École d'Architecture de Nantes, à la librairie La vie devant soi et à MilleFeuilles.

Le travail photographique de Bruno Élisabeth remplit cette fonction sociale d’être le témoin des évolutions discrètes de notre société pour nous inciter à repenser les liens avec notre histoire, non pas seulement dans les grands récits qui volent au-dessus de nos têtes, mais dans la présence quotidienne de ce passé, dans ses empreintes qui nous entourent et qui ne sont pas de simples objets déposés dans le paysage.

L'écriture littéraire d'Anthony Poiraudeau accorde une large place à l'expérience des lieux, souvent lointains. Le paysage est un motif central dans son projet artistique, c'est un objet où dialoguent images mentales et images matérielles. Pour A. Poiraudeau, l'écriture se réalise par un déplacement, se rendre sur place pour nourrir le projet en le mesurant aux formes de mémoires qui habitent les lieux, des plus lisibles au plus ténues, celles qui résistent, celles qui perturbent...

Combinant paysages, architectures et signes l’Atlas des régions naturelles constitue un vaste système de représentation de notre territoire. Au travers de dizaines de typologies, Eric Tabuchi classe et ordonne obsessionnellement tous les objets qui composent notre environnement afin d’en dresser la cartographie. C’est notamment de cette entreprise d’archivage, qui à terme contiendra vingt cinq mille photographies et dont la réalisation est prévue pour durer six années pleines, dont viendra nous parler l’artiste.



Les PUI – Pratiques et Usages de l’Image – sont un temps de rencontres publiques, prenant pour objet le croisement du photographique et de l'axe thématique ville-territoire-environnement. Il s'agit d'aborder le registre de l'image de nos villes, de nos territoires, de nos environnements, en invitant des praticiens et usagers de l'image, à faire état de leurs méthodes, de leurs approches, de leurs savoir-faire. Ils pourront être photographes, archivistes, éditeurs, artistes, amateurs, universitaires, iconographes, collectionneur, mais aussi écrivains, vidéastes, etc. Aux PUI, l'image est le point de convergence des rencontres, et la photographie explorée comme fait culturel ; partie prenante de la condition visuelle de nos environnements construits, elle est perçue, reçue et conçue dans le creuset de nos lieux de vie. Convaincus qu'il y a matière à en parler, là, en prise avec les lieux proches, les initiateurs des PUI souhaitent se donner les moyens de rencontres et de débats favorisant l'émergence de points de vue construits sur l'économie visuelle qui a cours dans la métropole nantaise et sa région.

Les PUI sont une initiative de Guillaume Ertaud, Camille Hervouet, Yannick Le Marec, Xavier Nerrière, Philippe Piron, François Taverne et Grégory Valton.

16/01/2018

Art et Mémoire - Collège Louis Guilloux / Montfort-sur-Meu




L'exposition Art et Mémoire rassemble une sélection d'œuvres de la collection du Frac Bretagne et du Fonds Départemental d’Art Contemporain d’Ille-et-Vilaine, au Collège Louis Guilloux de Montfort-sur-Meu.

Bruno Elisabeth, Anne-Marie Filaire, Piero Gilardi, Didier Lefèvre, Sophie Ristelhueber

Vernissage le jeudi 25 janvier 2018 à 18h30

Exposition du 11 janvier au 13 février 2018, dans le cadre du PAZAPA art contemporain de Montfort Communauté
Ouverture les lundi, mardi, jeudi, vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h30 le mercredi de 9h à 12h.

Collège Louis Guilloux
Boulevard Pasteur
35160 Montfort-sur-Meu

Cette exposition est réalisée dans le cadre d’un partenariat liant le Frac Bretagne et le Collège Louis Guilloux. Elle bénéficie du soutien de l’Inspection Académique d’Ille-et-Vilaine et de Montfort Communauté.

15/01/2018

Ecrans Variables - Paul Sharits, Fou ou génie



Au programme de cette séance :

PIECE MANDALA/END WAR
de Paul SHARITS

1966 / 16mm / coul-n&b / sil / 5' 00 / 26,00

Fréquence de couleurs pâles espaçant et enrichissant visuellement des photos en noir et blanc, les mouvements d'un acte sexuel ou simultanément des deux côtés de son «champ» et des deux extrémités de sa durée.

Paul Sharits, Fou ou génie
François Miron

2016, 85 mn. DCP

Figure emblématique du cinéma d’avant-garde des années 1960-70, Paul Sharits a été un pionnier du cinéma structurel, une approche cinématographique qui souligne et explore les dimensions formelles et les propriétés physiques caractéristiques du medium. Artiste profondément engagé et visionnaire, Sharits a commencé à explorer le potentiel du photogramme unique et l’effet flicker ou clignotement au milieu des années 1960, pour ensuite réaliser de nombreux films dont le sujet était le ruban de pellicule lui-même. Célébré depuis longtemps parmi les cinéastes d’avant-garde et les chercheurs, il est aussi depuis quelque temps reconnu par les musées d’art et les galeries pour son travail innovant : films 16mm retravaillés en installations multi-écrans, rubans de pellicules montés entre des plaques de Plexiglas, et partitions colorées à l’encre pour ses films abstraits.
Premier documentaire de long métrage sur Sharits, le film de François Miron est à la fois l’exploration sensible de l’oeuvre de Sharits par un cinéaste qui a étudié son travail en profondeur et le récit révélateur d’une vie très perturbée. Regroupant des entretiens et des séquences de Sharits ainsi que des entretiens inédits avec d’autres cinéastes, chercheurs et membres de sa famille, ce documentaire dessine le portrait d’un artiste tourmenté, profondément romantique, allant sans cesse au-devant du désastre mais aussi affligé de troubles mentaux héréditaires. PAUL SHARITS est à la fois une extraordinaire introduction à la vie et l’oeuvre de Sharits et, pour ceux qui s’intéressent au cinéaste depuis longtemps, une véritable mine de séquences rares, de commentaires éclairants et de documents d’archives.
avec : Paul Sharits, Christopher Sharits, Henry Jesionka, Bruce Elder, Howard Guttenplan, Robert A. Haller, Tony Conrad, Stuart Liebman, Annette Michelson, Woody Vasulka, Stephen Gallagher, Pip Chodorov, Steina Vasulka, Gerald O’Grady, Chrissie Iles, Andrew Lampert MM Serra, Richard Kerr, Bill Brand, Cheri Sharits

T,O,U,C,H,I,N,G
de Paul SHARITS

1968 / 16mm / couleur / son / 12' 00 / 49,00
de Paul SHARITS

Avec le poète David Franks dont la voix se fait entendre sur la bande-son - un mandala ni coupé ni rayé.
«Fusion de la violence et de la pureté.» P. A. Sitney.
«Un tour de force surréaliste.» Parker Tyler.